Le monastère de Hosios David(le monastère Latomou)

Overview

Era: 
Byzantin
Type: 
Les églises
Culture: 
Christian monument
Century: 
5th century
Latitude: 
40.642366
Longitude: 
22.951324

L’histoire - Origine du nom : le monastère Latomou(ou le monastère de Hosios David) se situe à Ano Poli, à Thessalonique, au sud-ouest du monastère des Vlatades. En ce qui concerne l’histoire du monastère, qui n’a pas conservé son apparence initiale, un texte datant du IXème siècle nous en dit plus sur lui (« la Narration» d’Ignatios). L’église était autrefois le catholicon d’un monastère édifié aux alentours du Vème siècle après J.C sur des ruines romaines et décoré grâce à la bienfaisance d’une femme anonyme. Il a été initialement consacré au prophète Zacharie. Pendant l’iconoclasme, la décoration en mosaïque de la conque du chœur a été recouverte de peau de bœuf et de crépi afin de la protéger et découverte après à un tremblement de terre des années plus tard sous l’empereur Léon d’Arménie, (813-820 après J.C). En l’honneur de cet événement, le monastère a été dédié à Jésus-Christ de Latomou ou Latomon (nom provenant très probablement des carrières qui existaient dans la région). Au XIIème siècle, le catholicon a été rénové et décoré de peintures murales, qui ont été remplacées par d’autres à la fin du XIIIème siècle- début du XIVème siècle. Le monastère, transformé en mosquée, sans doute au XVIème siècle, et qui est alors connu sous le nom de Suluca ou Murat ou Keredim, voit à nouveau sa décoration murale recouverte de crépi. En 1921 revenu au culte chrétien, il a été consacré à Hosios David. Période aussi pendant laquelle sa décoration a été à nouveau découverte.
Architecture : La forme initiale du monastère était un édifice carré avec une abside semi-circulaire à l’est et une entrée à l’ouest. L’intérieur du bâtiment carré renfermait un plan en croix et quatre compartiments, cela nous amène à en déduire qu’il s’agissait plutôt d’une basilique cruciforme. La pièce centrale était recouverte par une coupole. Aujourd’hui, tout le côté ouest du monastère manque, catastrophe qui a surement eu lieu avant la transformation du monastère en mosquée car la base du minaret a été retrouvée dans l’emplacement occupé par le compartiment sud-ouest. Ces lourdes catastrophes et transformations ont eu comme conséquence de transformer la toiture et de déplacer l’entrée sur le côté sud du monastère.
La décoration des murs : Le décor en mosaïque et les peintures murales du monastère comporte des œuvres qui ont marqué l’histoire et l’évolution de l’art byzantin. Trois périodes se distinguent au niveau de la décoration du monastère. La mosaïque qui décore le cul-de-four de la conque date de la fin du Vème siècle et représente une Épiphanie. Au milieu, domine Jésus-Christ, entouré des symboles des quatre évangélistes et sous les pieds de Jésus-Christ il y a un fleuve (Iordanis ou Hovar). A gauche et à droite de cette représentation, il y a deux personnages âgées, probablement les prophètes Ézéchiel et Avvakoum, qui sont témoins de l’apparition triomphale de Jésus-Christ. Sur cette mosaïque, l’influence de la tradition gréco-romaine est évidente. Les peintures murales qui décorent la voûte en berceau sud du monastère (Naissance, Baptême, Chandeleur, Transfiguration) datent de la deuxième moitié du XIIème siècle après J.C et elles reflètent les tendances de l’art pendant la période des Comnènes. Sur le côté nord de la croix, quelques fragments de peintures murales de la fin du XIIIème siècle et début du XIVème ont été conservés, qui représentent les exemples antérieurs de l’art de l’ère des Paléologues à Thessalonique.