Les remparts de Thessalonique

Overview

Type: 
Les remparts
Century: 
19th century
Latitude: 
40.642435
Longitude: 
22.954922

La ville de Thessalonique, depuis sa fondation pendant la période hellénistique et jusque à la période couvrant la deuxième moitié du XIXème siècle ainsi que les dernières années de l’occupation turque s’est organisée et développée à l’intérieur de ses remparts, lesquels la protégeaient d’une part de ses envahisseurs présomptifs et de l’autre formaient une frontière entre la zone urbaine et la zone agricole. Le roi de Macédoine et fondateur de Thessalonique, Cassandre, a fortifié la ville avec un mur d’enceinte défensif, lequel a été conservé jusque à la période romaine. Aux alentours du 1er siècle avant J.C, des ruines ont été réparées afin de faire front à des éventuels ennemis alors qu’au milieu du IIIème siècle après J.C a été construit un rempart unique avec des tours carrées placées axialement afin de parer au danger imminent d’envahisseurs goths. A la fin du IIIème siècle, les remparts de Thessalonique ont été renforcés là où ils étaient plus vulnérables, soit à cause de leur faible épaisseur soit à cause de leur hauteur. A la fin du IVème siècle et pendant le règne de Théodose Ier, des travaux de fortification assez importants et étendus ont eu lieu. Dans les années qui suivent, les murs d’enceinte ont été encore plus renforcés, ayant comme résultat de les rendre plus consistants avec des tours plus rapprochées les unes des autres rendant ainsi la ville de Thessalonique imprenable par la voie terrestre. Il est évident que durant les siècles qui ont suivi, les tremblements de terre et les invasions ont engendré la nécessité d’effectuer plusieurs réparations en ce qui concerne la fortification de la ville. En 1430, après l’occupation turque, des tours et des forteresses ont été érigées sur des carrefours de communication importants sur toute la longueur des remparts comme la Tour Blanche et l’Heptapyrgion (en grec «le fort à sept tours»).
Les remparts de Thessalonique entouraient la ville sur les quatre côtés (est, ouest, sud, nord), et dont la forme ressemblait à un trapèze dont la longueur était de huit kilomètres environ. Leur hauteur se situait entre dix et douze mètres et leur épaisseur atteignait les cinq mètres. Dans des zones de plaine de la ville qui étaient les plus vulnérables, le mur d’enceinte comportait un avant-mur et des bastions triangulaires. Sur les pentes de la colline ont été surtout construites des tours rectangulaires. Au sud-ouest des remparts, se trouvait un grand port artificiel, construit par Constantin le Grand pendant le IVème siècle, tandis qu’au nord-est de ceux-ci était l’acropole, dont la fortification était séparée du reste avec des butées triangulaires et des tours rectangulaires. Les principales portes d’accès à Thessalonique étaient quatre : deux portes s’ouvraient sur le rempart ouest, la Porte Dorée et la Porte Litea, et deux sur le rempart est, la Porte Cassandreotique, appelée aussi Porte de Kalamaria et la Nouvelle Porte Dorée. D’autres portes moins grandes se trouvaient à différents endroits de la fortification et servaient plutôt aux besoins militaires. En 1873, dans le cadre d’embellissement de la ville par les turcs, une grande partie de remparts a été démolie et en particulier celui du sud (le dit maritime) qui a été entièrement dévasté. Aujourd’hui, cependant, les remparts de Thessalonique subsistent sur une longueur de quatre kilomètres et forment une construction impressionnante.